Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie
Un peu de musique ?

Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!

Qui est en ligne
10 visiteur(s) en ligne actuellement
2 visiteur(s), 8 robots, 0 membre(s)
Newsletter

Isabelle

Sariette Batibonak – Discours anti-sorcellerie dans les pentecôtismes camerounais

Sariette Batibonak – Discours anti-sorcellerie dans les pentecôtismes camerounais éd. L’Harmattan / Émergences africaines – 229 p. – 25 €

Basé sur les recherches personnelles de l’auteur sur le terrain lui-même (observations, participation aux événements, présence aux réunions, entretiens avec les pasteurs et les fidèles ou d’autres témoins) et sur une documentation très importante (dix-huit pages de bibliographie), cet ouvrage cible le rôle des pentecôtismes dans la radicalisation de la lutte contre la sorcellerie au Cameroun. Il faut dire que l’idée que tout peut être attribué aux forces occultes, le bien comme le mal, est très présente dans la population camerounaise et les gens qui se croient victimes de la malveillance d’un sorcier, d’une sorcière sont en demande constante de délivrance. Les pasteurs des pentecôtismes se disent en mesure d’apporter cette délivrance par des rituels, par une rhétorique violente, agressive, guerrière à l’encontre des sorciers. Ils interprètent des versets de la Bible, livrent bataille contre le Diable, « Satan ne passera pas », et contre les sorciers, présentant le Christ comme « solution à tous les problèmes ». Au cours de cérémonies spectaculaires et très longues, les pasteurs dynamisent les fidèles, qui sont très coopérants, très actifs en paroles et en gestes (gestuelle précise, danses, chants et réponses enthousiastes), qui expliquent leur cas, témoignent de leur délivrance, la vivent parfois au cours de la cérémonie, tombent en transes ou font des confessions sataniques.

Les accusations de sorcellerie émanent souvent des Églises, les pasteurs désignant/suggérant à la victime la source de l’envoûtement, source qui est bien souvent à trouver dans la famille proche. Voilà la victime menacée par ceux qui devraient la protéger, sa famille, voila la victime qui se méfie, qui s’isole. Tout cela provoque des tensions familiales, des dissensions dans le tissu social. L’adhésion à cette grille d’interprétation sorcellaire s’explique par le fait qu’elle repose sur un terreau culturel familier. La religion chrétienne s’est amalgamée aux croyances traditionnelles (démons et esprits) toujours bien présentes.

Les pentecôtismes ont proliféré depuis les années 1980, Églises rivales et concurrentes, faisant une publicité tapageuse pour attirer des fidèles. La publicité est partout, d’une efficacité redoutable, et sous toutes les formes possibles, panneaux gigantesques, vidéos, annonces radio, émissions télévisées, banderoles, folders, camionnettes publicitaires bariolées d’inscriptions… Discours accusateurs, proposition de solutions pour contrer des sorciers diabolisés amènent une population inquiète à adhérer à ces processus de délivrance. La médiatisation à outrance permet la délivrance à distance : des « miracles » en ligne, ou en suivant à la radio, à la télé la retransmission d’une séance de délivrance. Les pasteurs sont tout-puissants, ce sont des stars. En donnant à la population l’impression qu’elle est constamment en danger et en besoin de délivrance, les pentecôtismes augmentent la pression. Et la violence de leur rhétorique (« Il faut brûler les sorciers, foudroyer l’expéditeur en lui renvoyant sa malédiction ») fait que la violence verbale s’accompagne parfois de traitements inhumains allant jusqu’au meurtre. Les individus faibles, handicapés ou âgés sont souvent désignés comme sorciers et offerts à la vindicte populaire. Les femmes âgées, notamment, veuves et solitaires, ont la palme, les grands-mères font de bonnes sorcières.

Le thème du livre était pointu mais il ouvre sur toute une série de réflexions à propos de l’influence de la religion sur la société et sur les conséquences des manipulations au point de vue sociétal.

Isabelle Fable

Pierre Guelff – Rencontres fraternelles avec Matthieu Ricard et le Dalaï-Lama

Pierre Guelff – Rencontres fraternelles avec Matthieu Ricard et le Dalaï-Lama – Ed. Jourdan – 206 pages – 15,90 €

Introduit par la très intéressante préface de Philippe Liénard, ce nouvel ouvrage de Pierre Guelff se présente comme une réflexion comparative sur le Bouddhisme et la Franc-maçonnerie. Les deux mouvances n’étant ni des sectes ni des religions ni des mouvements politiques, mais bien des quêtes de sagesse et d’amélioration de soi, de recherche du Bien au cours de son chemin de vie. Bouddhisme et Franc-Maçonnerie se caractérisent par le travail à faire sur soi, sur son ego, dans un esprit de compassion et de détachement (Bouddhisme), dans un esprit de fraternité et de construction (Franc-maçonnerie). Il s’agit de moralité humaine, en dehors de tout dogmatisme religieux. Bouddha sert de modèle mais n’est pas un dieu et n’impose aucune doctrine. Les Francs-maçons cheminent avec ou sans Grand Architecte, c’est leur choix personnel.

Le Bouddhisme insistera sur l’impermanence des choses (ce qui est uni se désunit, ce qui vit meurt, ce qui est construit est détruit) mais aussi sur la sérénité, l’action non violente. La Franc-maçonnerie mettra l’accent sur la liberté de penser et de réfléchir individuellement, d’être son propre philosophe et d’obéir à sa seule conscience pour poser ses actions. Ni l’un ni l’autre ne fait de prosélytisme et ne stigmatise les autres philosophies ou religions.

L’humain est au centre des deux mouvances, l’homme est responsable de lui-même et des autres, responsable de l’évolution du monde, il est acteur, il lui appartient d’oeuvrer de manière spirituelle et/ou concrète, dans un esprit de fraternité, d’amour et de tolérance.

L’auteur, franc-maçon lui-même, s’est basé sur son expérience personnelle en la matière et sur son expérience professionnelle de journaliste, qui lui a permis de rencontrer le Bouddhisme sur le terrain, notamment dans la personne du Dalaï-Lama et de Matthieu Ricard. Il a également eu recours à une importante bibliographie pour étudier les deux mouvements en parallèle. Face à la montée de l’intolérance, à la violence qui sévit dans le monde, ces deux institutions peuvent apporter des éléments de solutions humaines…

Isabelle Fable

DELAUNOIT CYRILLA

Cyrilla Delaunoit

Rue du Moulin, 19 Bte 102

1340 Ottignies

Tél : 010 40 14 44 ou 010 41 42 18

N° de banque : BE 66 0010 6450 1743

 

Née à Ghoy en 1931, dans une famille de modestes paysans, elle perd sa maman à l’âge de neuf jours et sa seconde mère, décédée d’un cancer, à l’âge de quatorze ans.

L’écriture est pour elle « Un Don », reflet de son émouvante sensibilité.

Ses oeuvres ont été laurées dans les Académies littéraires. Mais elle est restée très humble et proche des choses simples de la vie.

 

Bibliographie

Les plaies des vainqueurs (roman)

La chanson du Terroir (recueil de poèmes et récits)

En mon âme nue (recueil)

 

Absolu

Je te boirai jusqu’à la lie / ma soif de la vie / Je te ligoterai dans les liens de mon passé /  je te broierai, je te ligaturerai /  Je t’anéantirai /  Je te haïrai, je t’aimerai / Je te pardonnerai

Je serai nue / soumise ingénue / à ta loi qui dévore /  / mon coeur qui implore / un pardon / que je n’espère plus

Je souffrirai en silence / J’irai jusqu’à la potence / jusqu’à la corde tendue / Je ne fermerai pas les yeux / Lorsque le dernier adieu /  / sera venu

 

Harmonie

Jardin aux fleurs tardives / poème rose… éphémère / Charmeur encore / accords finals / Sur un banc antique / abandonné / quelques pétales fanés / comme nous…

Un vieux charme / auréolé d’or roux / égaré / arbore sa dignité / Comme un symbole / dernier abri / d’un  oiseau frileux / dont le violon ne vibre plus / Le jardin chuchote / Religieusement

Chute silencieuse feuilles riches… mortes / Ultime pluie d’or / don suprême / du charme… poème bleu nuit / dernier chant d’amour / Harmonie

 

D’autres poèmes suivront bientôt…

 

 

 

 

 

 

 

 

DEVAUX Patrick

Patrick DEVAUX

Mouscronnois d’origine, habite Rixensart dans le Brabant Wallon.

A exercé diverses professions, notamment à la RTBF et dans le secteur bancaire.

Consacre actuellement son temps libre à la littérature, la poésie et le roman, les voyages et la peinture.

Participe à quelques revues belges et françaises ; également membre de l’A E B.

Anime une rubrique « lectures de Devaux » (et archives depuis 2013) sur le site de la revue « Vocatif » de Monique Marta (Nice) : www.moniqueannemarta.fr; quelques recensions récentes d’auteurs et aussi sans doute futures dans la revue « Nos lettres ».

Agit aussi via les réseaux sociaux, comme « twitter » où il fait connaitre la poésie d’auteurs parfois « oubliés » en agrémentant les mots de photos de voyage personnelles effectués en Europe mais aussi dans toute l’Asie du Sud Est.

Peintre à ses heures avec la mer pour motif principal.

 

Bibliographie

 

Le sourire du héron

éd du GRIL, poèmes                                                                        1988

Les chemins de verre  

éd du GRIL, poèmes                                                                        1989

Ambres lunaires

éd du GRIL, poèmes                                                                        1990

L’instant d’après

éd du GRIL , poèmes                                                                        1991

Ailes de brume, 

éd Tirtonplan, poèmes                                                                     1992

Monologue de sourds  

éd du GRIL, prose philosophique                                                 1992

L’homme de paille,

éd du GRIL, prose                                                                             1994

Un peu par hasard,

collection Forum, poésie, prix d’édition                                       1994

Pastels pour une enfant volée,

Amitiés Provence, prix d’édition                                                    1996

Un prénom e rencontre,

éd  Le bruit des Autres, roman                                                      1997

Le contraire d’un regret,

éd du GRIL , poésie                                                                          1997

Les mots imprononçables,

éd l’Arbre à Paroles, poésie                                                           1997

Clairières de nuit, suivi de Pause de nuit  

éd du GRIL, poésie                                                                            2001

Jusqu’à l’errance des soleils,

éd Cahiers Froissart, prix d’édition                                               2003

Boutures du matin,

éd du GRIL , poésie                                                                         2003

Connivences aphones

éf. Microbe, poésie                                                                           2005

Messager de la couleur

éd du GRIL, poésie                                                                          2005

Aire de départ,

prix de l’édition poétique, Poésie sur Seine                                2006

Les mouettes d’Ostende   

éd Les carnets du Dessert de Lune, roman                                 2008

Château de la cour des miracles

éd du GRIL, poésie                                                                           2008

Ecailles de nuit 

prix d’édition de l’Ecritoire d’Estieugues, poésie                       2008

La route du riz,     

éd du GRIL, poésie                                                                            2009

L’archiviste du brouillard,

éd du GRIL, poésie                                                                             2011

La main heureuse,

éd du Douayeul, Prix d’édition, poésie. Prix des beffrois         2012

Elle a dansé avec les loups

prix d’édition Littérales, poésie                                                       2012

Dorures légères sur l’estran,

éd Les carnets du Dessert de Lune, roman                                   2015

Tant de bonheur à rendre aux fleurs,

éd Le Coudrier,                                                                                    2016