Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie
Un peu de musique ?

Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!

Qui est en ligne
9 visiteur(s) en ligne actuellement
2 visiteur(s), 7 robots, 0 membre(s)
Newsletter

Jacques

La Lettre du Patrimoine N°48 Octobre Novembre Décembre 2017

L’éditorial évoque le bilan de l’action du ministre Maxime Prévot qui vient de quitter ses fonctions au sein du gouvernement wallon. Ce bilan est considérable tant sur le plan législatif que budgétaire. Depuis 2014, le budget du patrimoine wallon est passé de 44,5 à 48,4 millions d’euros. Désormais, René Collin hérite de cette compétence qui reçoit l’appellation de « Agence wallonne du Patrimoine ». À l’occasion de son discours d’investiture, il a dévoilé le thème des Journées du Patrimoine 2018 : « Le patrimoine insolite ».

Article : « Les Journées du Patrimoine : objectif 2018 ». L’article présente d’abord un bilan des Journées 2017. Présentation ensuite de l’AWaP (voir ci-dessus) et du projet pour 2018. Trois critères sont retenus dans la sélection : l’insolite d’un lieu, une façon insolite de visiter un site et une animation insolite dans le lieu proposé. Du 23 au 27 avril 2018 aura lieu la 9ème édition de la Semaine Jeunesse et Patrimoine. Rens. Sur le site www.journeesdupatrimoine.be

Le Journal de la Restauration consacre un article au problème de l’attribution d’un travail à un adjudicataire et de la qualité de l’exécution. Pour garantir cette qualité, le Département du patrimoine a décidé d’assortir l’appel d’offres de l’obligation de présenter une pièce d’épreuve ou maquette. Article de Jean-Christophe Scaillet.

Le Carnet de la Protection s’est intéressé aux quatre chapelles mariales de Bertrix, œuvres de Jacques Dupuis, Roger Bastin et Guy Van Oost. Description de ces quatre chapelles construites de 1945 à 1959. Article de Baudry Roland.

Les Nouvelles de l’Archéologie. À Jambes, en face du Grognon, un habitat médiéval a été mis au jour. Daté de la fin du XIème ou du début du XIIème siècle, le site comporte un cellier contenant un important matériel archéologique d’époque mérovingienne. La maison Monin à Bouvignes-sur-Meuse, près de Dinant, fait l’objet de fouilles qui ont déjà fourni leur lot de découvertes. Mis à sac par les troupes d’Henri II en 1554, ce quartier a été rebâti à partir du XVIIème siècle. Enfin le château de Mirwart (saint-Hubert), classé et maintenant sécurisé, fait l’objet d’une intervention archéologique. S’il date du XVIIIème siècle, ses fondations sont bien plus anciennes.

Publications et Manifestations. Nouveaux Carnets du Patrimoine : L’église Notre-Dame de Dinant, Le patrimoine du Val de Sambre et Gares d’hier et d’aujourd’hui. Fabrice Giot consacre un dossier de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles au stuc et aux stucateurs. Cette technique de décoration intérieure est apparue chez nous au XVIème siècle et a été utilisée jusqu’au XVIIIème siècle.

La technologie numérique au service de l’art et du patrimoine. L’article signé Romain Jacquet analyse les enjeux du numérique dans la gestion du patrimoine et des musées.

Le Centre de la Paix-Dieu. L’IPW a décerné le prix 2017 à Charlotte Schoenmakers pour son mémoire intitulé « Les décors de la salle du Peigné à Verviers ». L’IPW via son centre de la Paix-Dieu est engagé dans le programme transfrontalier « Pierre sèche dans la Grande Région » (Wallonie, G.-D. de Luxembourg, Lorraine). Définition, avantages et enjeux de la préservation et de la valorisation des murs en pierre sèche. Des chantiers de formation sont organisés. Des stages ont également eu lieu au Pôle de la pierre cet été dans le cadre du projet Interreg Objectif Blue Stone. Voir tableau complet des stages pour 2018.

Adresse : IPW, rue du Lombard, 79 à 5000 Namur Site : www.institutdupatrimoine.be

Mathieu Golinvaux, la Wallonie vue du ciel, Racine, 2017

Les photographies de ce magnifique ouvrage sont classées par province : Namur, Liège, Brabant wallon, Hainaut et Luxembourg. Pour chacune d’elles une douzaine de sites ont été sélectionnés.

Le principe retenu dans le choix des lieux manifeste un juste équilibre entre la nature et la présence humaine. Ainsi un certain nombre de planches montrent la campagne près de … ou bien la forêt, un lac (la Gileppe, Coo, Virelles), une rivière (la Lesse) ou un fleuve (la Meuse). D’autres planches ont pour sujet une ville (Namur, Rochefort, Liège et la gare des Guillemins, Huy, Louvain-la-Neuve, Charleroi, Mons, Arlon). Des villes plus petites et des villages sont également représentés (Durbuy, Torgny, Thuin). On y trouve aussi des châteaux (Walzin, Hélécine, Laclaireau, Beloeil), des abbayes (Maredsous, Villers-la-Ville) et des sites remarquables comme la Butte du Lion à Waterloo, le Cimetière américain d’Henri Chapelle ou le Mémorial du Mardasson.

Parce qu’elles sont aériennes, les photographies de ces sites offrent une perspective particulière à laquelle le visiteur n’est pas accoutumé. La plupart sont accompagnées d’une notice explicative retraçant brièvement l’histoire du lieu et sa valeur patrimoniale. Bien que la sélection soit forcément limitée, cet ouvrage donne de la Wallonie une image assez juste. On peut seulement déplorer l’absence de Tournai.

Jacques Goyens

Feuillet n°126 Centre Albert Marinus

Deux visites guidées au programme du Centre : L’exposition Ancestors et Rituals et l’exposition Baudelaire. Dans le cadre d’Europalia, le Palais des Beaux-Arts présente une exposition consacrée au culte des ancêtres et rituels de l’Indonésie, cet archipel de 255 millions d’habitants répartis en 300 groupes ethniques. Les ancêtres y sont considérés comme les garants de l’équilibre de la société et la source de fertilité. Bouddhisme, hindouisme, islam et christianisme s’y côtoient. Un important volet de l’exposition est consacré aux rituels funéraires. La majorité des objets proviennent du Musée national d’Indonésie (Jakarta).

La Maison du Roi – Musée de la Ville consacre une exposition à Baudelaire et à son séjour en Belgique (1864-1866). On sait combien l’auteur des Fleurs du Mal a détesté la Belgique et les Belges au point de leur consacrer un pamphlet Pauvre Belgique, où il déverse son fiel en formules assassines. On peut y voir le condensé des frustrations que le poète a subies durant son existence, qui arrive bientôt à son terme. Atteint de troubles cérébraux en 1866, il meurt l’année suivante à Paris.

Le Feuillet présente ensuite une documentation illustrée sur le Meyboom et sur la ducasse d’Ath. Deux autres expositions sont évoquées : Paul Hamesse, figure majeure de l’Art Nouveau, aux Halles Saint Géry et Mehdi-Georges Lahlou, artiste franco-marocain, au Botanique. Et pour terminer, le traditionnel extrait de Jeanne d’Arc et le Cid d’Albert Marinus (Léau, Peeters, 1941)

Adresse : Rue de la Charrette, 40 – 1200 Bruxelles Courriel : info@albertmarinus.org

 

La lettre du Patrimoine n°47 Juillet-Août-Septembre 2017

L’éditorial titre : La formation au service de l’emploi. À cet effet a été créé l’Alliance Patrimoine-Emploi dont l’objectif est d’augmenter le taux d’emploi dans le secteur du patrimoine. La restauration de l’abbatiale de la Paix-Dieu, commencée en avril 2017, en est une illustration. Le 30 mai, le ministre Prévot a visité le chantier. Les Journées du Patrimoine seront consacrées cette année aux Voies d’eau, de terre et de fer (9 et 10 septembre). Sur proposition du Ministre du Patrimoine, le Gouvernement wallon a approuvé l’avant-projet de décret instituant le Code wallon du Patrimoine. Résumé des principales dispositions de ce Code.

Le Journal de la Restauration s’ouvre sur une fiche d’Aide à la décision d’abattage d’un arbre. Au chapitre des Classements et subsides à la restauration, citons : l’orgue de l’église Saint-Maximin de Gesves, la ferme Awans à Jodoigne, le stade des Jeux de la citadelle de Namur ainsi que le théâtre de Verdure.

Le Carnet de la Protection est consacré à La perche couverte de Genval : dernier témoin d’une pratique populaire en Wallonie. Située sur l’ancien site des Papeteries de Genval, cette construction présente une forme trapézoïdale haute de 33 mètres, une ossature en béton et des faces couvertes d’ardoises. Elle fut édifiée entre 1922 et 1928.

Les Nouvelles de l’Archéologie. Un important dépôt en alliage cuivreux datant du Bronze final a été découvert à Soy en 2011, mais ce n’est qu’en 2016 que la collection a pu être remise à son propriétaire légitime, la Commune de Jalhay, qui l’a confiée au musée Curtius à Liège. Elle comprend une cinquantaine d’objets : anneaux, haches, pointes de lance, bracelets, rasoirs, etc. (vers 800 av. J.-C.). À Frameries, un diagnostic archéologique a permis de découvrir une tombe du Second Âge du Fer. À Quévy-le-Grand, les Fouilles archéologiques au croisement des rues des Sœurs et du Culot ont permis de découvrir un four de potier datant du VIIIème siècle, deux tronçons d’aqueduc romain, des silos et celliers datant du Moyen Âge.

Publications et Manifestations. Le château Cockerill à Seraing, Namur, IPW, 2017. Quatre nouveaux Carnets du Patrimoine : Le patrimoine de Verviers, Le canal du Centre historique, La grande carrière Wincqz à Soignies, La cour royale de Tiébélé au Burkina Faso.

Le 21 novembre 2017, une journée d’étude sera consacrée à l’usage de l’acier dans la construction, aux Moulins de Beez (Namur). Rens. : info@fabi.be . L’asbl Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles milite pour la sauvegarde des témoins de l’industrie lourde du XXème siècle, notamment du HF4 à Marcinelle, l’un des rares qui subsistent des 57 hauts-fourneaux que comptait la Wallonie en 1960. Art. de Jean-Louis Delaet. La Maison de la Métallurgie et de l’Industrie de Liège présente une exposition Made in Longdoz, Métamorphoses d’un quartier industriel (jusqu’au 31 octobre 2017).

Le Centre de la Paix-Dieu organise sa 11ème Journée Portes ouvertes le 8 octobre 2017. Au programme : démonstrations de métiers, ateliers, visites guidées, dégustations et exposition thématique. Dans le cadre de l’Alliance Patrimoine-Emploi, deux nouvelles formations sont proposées : l’une en maçonnerie du patrimoine, l’autre en gestion de chantiers du patrimoine.

Enfin, La Lettre du Patrimoine met en lumière la personnalité et l’œuvre de Jean François (1903-1977), architecte et paysagiste. Un fonds a été créé, qui rassemble 18 dossiers d’architecture et d’urbanisme. Art. de Monique Merland.

Adresse : IPW, rue du Lombard 79 – 5000 Namur Courriel : lalettre@idpw.be