Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie
Un peu de musique ?

Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!

Qui est en ligne
6 visiteur(s) en ligne actuellement
1 visiteur(s), 5 robots, 0 membre(s)
Newsletter

AS – Informations

Arts de la scène

L’Air de Julos

La RTBF présente, sur la trois, ce jeudi 20 juillet 2017 à 21h, le film d’Eric de Moffart, « L’Air de Julos ».

Passez un bon moment en compagnie de Julos, grâce à ce documentaire inédit, dans la série des « Fenêtre sur doc ».
Dans ce troisième rendez-vous de « Fenêtre sur doc » de l’été, on part à la rencontre du chanteur et poète belge Julos Beaucarne. Dans l’intimité de sa maison, il témoigne avec simplicité de ce qui l’a poussé à écrire et chanter. Il explique comment les mots l’ont aidé à surmonter les épreuves de la vie, dont le décès de sa femme.

Dans ce film poétique qu’est « L’air de Julos », on découvre notamment le « Passage du vélo volant » : c’est le nom figurant sur la plaque de rue qu’il a placée sur sa maison. La poignée de la porte d’entrée est en forme de libellule. Et de la fenêtre de son salon, on voit la forêt. Le décor est planté : nous voici chez Julos Beaucarne. Artiste aux multiples facettes : conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur, sculpteur… Il est aussi depuis toujours un infatigable apôtre de l’écologie et de l’amour entre les hommes. Chaque jour, il quitte sa maison pour marcher dans les chemins de campagne et parcourir la forêt. Parce que la nature lui envoie son énergie.
Dans l’intimité de son salon, il nous parle de la vie, de la poésie, de la nature, de l’amour, de la mort. Dans ce véritable bilan de sa vie, Julos nous parle de sa foi dans l’Homme et sa capacité de conduire sa vie vers la clarté. Il partage ses mots, ses « plantes de langage », qui lui ont permis de traverser les épreuves de la vie, dont la plus terrible a été l’assassinat de sa femme Loulou un jour de février 1975. Dans la nuit qui a suivi, Julos a écrit une lettre à ses amis bien aimés qui a été pour lui un passage pour renaître. Des épreuves, des révoltes, Julos en a connues. Elles lui ont plutôt montré l’inutilité du ressentiment ou de la vengeance. L’écriture fût alors un passage, un exutoire.
A travers son témoignage et de belles archives, ce film nous parle du rôle de l’art et de la culture comme chambre d’écho de ce que nous sommes. Plus que jamais, dans un monde de violence, Julos nous invite à prendre goût aux mots pour « reboiser l’âme humaine par l’amour, l’amitié et la persuasion ».
Production : Ambiances… asbl et Luna Blue Film scrl en coproduction avec la RTBF / le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles / WIP (Wallonie Image Production)

 

Des mots à savourer et des vers à flûter

Le samedi 5 août 2017, à 17h30, rendez-vous à Mons, à la Maison Losseau, pour des agapes littéraires. Unimuse offre un menu complet de textes variés poétiques ou drôles choisis dans la littérature francophone du XVIIe au XXe siècle. À la carte : des mises en bouche délicates, un petit déjeuner soyeux, un dîner copieux.

Pour l’apéro, un doigt de Desnos et autres cocktails. En entrée, par exemple, des escargots de Coudray et du melon de Saint Amand, sans oublier une salade de Ponchon voire un cornichon de Barbarin. Viandes et poissons viennent d’ici et d’ailleurs. Le fromage provient de chez Megaides et les tartelettes de chez Rostand.

Côté boisson, un choix diversifié dont un thé de Banville ; des vins du cépage de Boyer ou de Couté mais aussi de l’eau pas plate pour un sou. Sans oublier les épices avec des aphorismes de Pierre Dac, Pierre  Desproges, Guy de Maupassant, Vincent Van Gogh, Paul Morand,  Charles Chaplin, Valéry Larbaud, Fernandel, Ernest Hemingway, Benjamin Franklin, W.C. Field, Alphonse  Allais, Colette, Omar Kahyam…

Le tout sera servi gratuitement par Isabelle Spriet, Jean-François Saudoyez et Michel Voiturier en la Guinguette littéraire de la Maison Losseau, 35 rue de Nimy à Mons (entrée Rue des 4 Fils Aymon).

Réservations et renseignements :  065 39 88 80

 

 

 

Mémoriser au théâtre

Véronique Leurs partage et, quand elle partage, c’est pour un mieux !

Son propos ? Comment mémoriser aisément une tirade au théâtre ? Ce qu’elle retient d’un livre l’amène aux considérations suivantes : « L’ouvrage d’Anne-Marie Gaignard, Hugo et les secrets de la mémoire nous présente quelques techniques simples à utiliser pour nous aider à résumer un texte ou apprendre une poésie facilement, tout en laissant une place à l’imaginaire. Bien que destiné prioritairement aux enfants, il peut aussi se montrer très utile aux adultes.

Je prendrai, comme exemple, la technique du chiffre 7, que l’auteure nous propose pour résumer simplement un texte et que je considère utile également pour mémoriser une tirade. Le monologue utilisé comme exemple est extrait de la pièce, « Les Cabots magnifiques » de Thierry Debroux, directeur du Théâtre Royal du Parc. Le chiffre 7 permet de morceler un texte, de le diviser en « pavés » ou groupes.  Chaque pavé est ensuite ‘colorié’ et numéroté (voir exemple 1).

Sur une autre feuille, on recopie les numéros des pavés (voir exemple 2).

Ensuite :

  • On relit chaque pavé séparément et doucement
  • On ferme les yeux
  • On garde en tête l’essentiel de ce que l’on ‘voit’
  • Puis, on écrit, de mémoire, sans regarder le texte, les quelques mots qui nous viennent à l’esprit

En relisant ces différents mots, on peut plus aisément mémoriser le texte initial.

J’ai appliqué cette technique en vue du prochain spectacle du notre troupe, « Le Théâtre du Clin d’Œil ».

 

Le résultat est concluant. Les répétitions en sont d’autant plus agréables. C’est donc avec une certaine assurance que j’envisage les représentations des  « Cabots magnifiques ». Elles se produiront les 17, 18 et 19 mars 2017 à la salle Laetitia, rue des Grenadiers, 48 à 1050 Bruxelles.

La pédagogue et formatrice, Anne-Marie Gaignard, reçoit en consultation des enfants en difficulté de même que des adultes. Sa méthode a convaincu des milliers de personnes : enfants, parents et enseignants. « Ce livre est plus qu’une simple histoire, c’est un message d’encouragement et de réassurance… ». Il pourrait s’adresser entre autres aux comédiens dans l’apprentissage de leur texte.

 

Source : « Hugo et les secrets de la mémoire ». Comment apprendre pour la vie ?

Anne-Marie Guignard – Editions Le Robert.

Véronique Leurs

Enseignante et comédienne

 

Exemple 1 :

Odile (au téléphone) : <jaune>  Non… Ecoute… Maman, écoute-moi… Ce n’est pas un jeu…    (pavé 1)

Tu ne peux pas me déranger comme ça tout le temps…

Seulement en cas d’urgence…

<vert> Si tu tombes dans l’escalier par exemple… Tu pousses sur le bouton…    (pavé 2)

Quoi ? C’était juste un exemple… Je sais que tu n’as pas d’escalier.

<rouge> Dans la baignoire, oui… Voilà, si tu tombes dans la baignoire et que    (pavé 3)

tu ne peux plus te relever, tu pousses sur le bouton…

Si tu te sens mal, tu pousses sur le bouton,

<jaune> mais pas si tu ne trouves plus tes lunettes. Surtout à 5 h du matin.    (pavé 4)

Je me demande d’ailleurs pourquoi tu as besoin de tes lunettes à 5 h du matin.

<vert> Ils vont finir par se lasser, maman, et quand tu auras vraiment un problème…   (pavé  5)

Non, je ne souhaite pas que tu aies un problème, ce n’est pas ce que je voulais dire…

<rouge> Quoi ? L’opératrice a un accent flamand ? Et alors ?    (pavé 6)

Qu’est-ce que ça à voir avec ce que je te raconte ?…

Mais non, maman, la Belgique ne va pas disparaître…

<jaune> Comment ça, comment on dit « Je suis tombée en flamand ? »   (pavé 7)

Pourquoi tu me demandes ça ?

Puisque je te dis que la Belgique ne va pas disparaître…

<vert> Je ne sais pas moi. Ik ben… heu…tomber, c’est vallen…     (pavé 8)

Donc ik ben… heu… gevallen ou gevollen… je ne sais plus.

<rouge> Ecoute, je dois te laisser maintenant. Je vais raccrocher…     (pavé 9)

Oui, maman, promis… Bon, je vais raccrocher, je raccroche… j’ai raccroché !

Exemple 2 :

<jaune>

  • Non écoute   maman    jeu    déranger

<vert>

  • Escalier exemple   bouton   exemple    pas escalier.

<rouge>

  • Baignoire relever   bouton   mal

<jaune>

4) Pas si lunettes   5 h matin   pourquoi   lunettes   5 h matin.

<vert>

5) Se lasser  problème  pas problème   dire.

<rouge>

6) ?opératrice   accent flamand    raconte   Belgique.

<jaune>

7) Tombée flamand   Pourquoi

<vert>

8) Sais pas tomber  vallen   gevallen    sais plus.

 

 

Didier Verkens et Paris l’Amour

Didier Verkens, auteur-compositeur,propose « Paris l’Amour, Paris Tendresse », un CD original de 12 titres sur la ville lumière. Après de nombreuses visites dans la capitale française, l’inspiration lui vint pour écrire des chansons telles que MONTMARTRE, vantant les charmes artistiques de la Butte et du Lapin Agile.

Ensuite, il compose  LES BATIGNOLLES dans laquelle avec une pointe d’argot parisien, il retrace l’histoire des caboulots fréquentés par l’écrivain Francis Carco.

LA GIGUE DES KLAXONS a été composée pour maquiller d’humour les embouteillages célèbres de la région parisienne.

Quant à la chanson PARIS DES ANGES elle restera un hommage au Paris des muses, Paris des parfums, des artistes et de ses rues et de ses ciels enchantés qui font que des rêves surannés vivent encore.

Et puis d’autres chansons du cœur et de l’amour qui donnent la vraie valeur artistique à ce Paris qui a tant inspiré les poètes , les écrivains et ce chant de liberté qui sous-tend toutes les relations humaines.

Et pour ce faire, il s’est entouré de musiciens de talent tels que :

Jean Louis Rassinfosse, contrebassiste de jazz qui fait partie du groupe «  L’âme des poètes » et qui s’est produit avec les plus grands noms du jazz (Thielemans, Catherine, Houben, Galliano et Chet Baker durant dix ans).

Alexandre Cavalière, violoniste de style manouche qui a accompagné de sa virtuosité les chansons composées par l’auteur compositeur.

Hervé Letor, saxophoniste qui se produit sur la scène de The voice et  compose également les arrangements de François Pirette.

Roger Hindrick, pianiste spécialisé dans les récitals « poésie et musique » et qui participe aux « midis de la poésie » à Bruxelles.

Pierre Coulon, flûtiste concepteur de flûtes traversières et instruments à vent et qui ravi de sa sensibilité les chansons à texte du CD.

Ronald Godeau, percussionniste qui fait voyager son talent dans plusieurs orchestres de la région.

Etienne Gilbert, flûtiste qui a accompagné Léo Ferré, Maxime Le Forestier et Beaucarne  pour les arrangements grâce auxquels il a obtenu le prix Charles Cros.

Et enfin le chœur qui est tenu par Joke Leloux, jeune finaliste de The Voice en 2015 pour accompagner les refrains.