Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie
Un peu de musique ?

Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!

Qui est en ligne
3 visiteur(s) en ligne actuellement
1 visiteur(s), 2 robots, 0 membre(s)
Newsletter

ZZZ _ NON CLASSE

Pierre Guelff, La revanche du manant, éd. Jourdan.

Pierre Guelff – La revanche du manant – éd. Jourdan – 267 p.- 18,90 €

 On connaissait Pierre Guelff journaliste engagé et écrivain à l’affût de mystère. On connaissait son goût pour la recherche et la récolte d’informations précises, notamment d’informations historiques et géographiques. Il n’a pas failli à sa réputation dans cette nouvelle œuvre. Le cadre dans lequel il situe la vie de son héros est très documenté et très évocateur de la vie de cette fin du premier millénaire.

Pierre Guellf s’est servi de ce cadre romanesque pour faire apparaître la vie étonnante d’un manant qui s’est élevé au-dessus de sa condition, évoquer la façon dont le mystère et le sacré (ses thèmes favoris) pouvaient influencer la société de l’époque et la façon dont les autorités (religieuses et judiciaires) tenaient le haut du pavé face au peuple.

Il met en scène Pierre Ghislain, l’aîné d’une fratrie de six, qui vit misérablement dans un village à proximité de Stavelot, centre renommé pour le monastère bénédictin fondé en 648 par Saint Remacle. C’est grâce à ce monastère que Pierre Ghislain, très maltraité par son père, va pouvoir modifier le triste cours de sa vie. Il y est employé à la préparation et au nettoyage du matériel des copistes et enlumineurs, dans un local bien plus confortable que la masure familiale, et il rêve de devenir copiste et enlumineur à son tour. Bien des éléments romanesques traditionnels se retrouvent dans La revanche du manant. Ainsi Pierre Ghislain porte un prénom double, indice d’une haute ascendance, il porte comme tous les membres de sa famille une marque de naissance sur le corps. Il semble, d’après Théodore, son  père alcoolique et maltraitant, qu’ils soient les descendants d’une branche rejetée d’une famille noble. Pierre Ghislain quitte son village pour entreprendre le pèlerinage de Compostelle. C’est l’occasion pour Pierre Guelff de donner au lecteur l’impression qu’il fait le voyage avec lui, besace, bourdon, coquille St-Jacques en bois, chapeau à larges bords… et tous les aléas et les étapes, car il y a loin de Stavelot à St-Jacques de Compostelle. Une rencontre marquera tout spécialement notre jacquiste sur le Camino, quand, à Auxerre, il voit une dame de haute lignée lui confier un objet, un étui, à remettre au supérieur du monastère. Notre pèlerin s’acquittera de cette mission au retour de Galice et deviendra ensuite un enlumineur apprécié et renommé. Mais nous n’allons pas dévoiler ici la totalité du roman… Car bien sûr, il y a des retours de flamme, des jalousies et des revers. L’humain n’est pas toujours très reluisant et contre la calomnie, on est bien impuissant.

L’intérêt du roman réside dans l’intrigue, bien entendu, mais surtout dans le contexte, le cadre historique, géographique et social où elle s’intègre. Il semble que ce soit là le but premier de Pierre Guelff, faire passer à travers l’Histoire et à travers une histoire particulière des considérations générales sur la société de l’an mille – et sur la nôtre par la même occasion, qui n’en diffère pas tant que ça – à propos des possibilités et des limites de l’individu face à la société.

Isabelle Fable

VIEILFAULT Guy

GUY VIEILFAULT

13 rue du Prieuré
77183  Croissy-Beaubourg
France
g.vieilfault@gmail.com

Enseignant retraité.

Sociétaire de la Société des Poètes Français
Né en 1933

BIBLIOGRAPHIE                           

VOIR SYRACUSE

Grand Prix de Grenoble  1994

L’OMBRE D’ANNOYANCE

Prix de l’Année Poétique. Genève 1995

Prix Wilfrid Lucas (SPAF) 1995

Prix  Marie Noël 1996

Gd Prix d’Avignon  1995

MALENUIT

Prix Stéphen Liégeard  1996

LES FLEURS D’ESSOINE

Jeux Floraux Méditerranéens 1996

ÈVEs

Prix Renée Vivien  1998

EFFLEURS

Prix Maurice Rollinat  1998

DÉRADESPrix des Joutes de Bourgogne  1999

LE CRÉPUSCULE DES FEMMELINS

Prix de l’Édition Cours la Ville 1999

 Prix NIDAS 1999

LE CABARET DU CRÈVE-COEUR

Prix Louis Amade  2000

FEMMELIQUE

Prix  Georges Riguet 2003

Prix Alice Zussmann 2003

FLUCTUAT

Prix René Laplace 2004 Salon des Poètes de Lyon

Prix MAESTRO 2014

CAUDA

Prix Marie-José de Hérédia 2006 Société des Poètes Français

MÉANDRES

Prix J. Jullion  2008   Angers

LA DOUMKA

Gd Prix Ville de Vannes 2009

LES TAURIDES

Les Joueurs d’Astre. Toulouse 2009

A TROIS TEMPS

Gd Prix ville de La Baule  2010

LES PASSANTES

Prix L. Bouilhet 2011  Sté des Écrivains Normands

AFRICAN SONG / TERRE NOIRE

Prix Sully Prudhomme 2011  Sté des Poètes Français

Prix Fondation Naji Naaman’s 2012 Liban

L’ENFANT BLEU

Prix « Mignardises » 2012  Salon des Poètes de Lyon

LE JARDIN D’OUBLI

Prix Paul Fort  2013

FLUCTUAT

Prix Maestro  2014

CELLES QUI MARCHENT PRÈS DE NOUS

Prix de la ville de Dijon  2016

 

 

 

 

 

Bruno Coppens, Ludictionnaire, éd. Racine

Bruno Coppens, Ludictionnaire, Editions racine, 2016

Humoriste et comédien, Bruno Coppens est connu avant tout pour ses spectacles. Il a participé à de nombreux festivals, à Montreux, à Avignon, à Montréal et bien sûr en Belgique. Il anime le Café Serré sur la RTBF, moment d’humour et d’esprit qui accompagne le réveil de milliers de Belges.

Ces textes, il les écrit lui-même sur le principe de la substitution d’un mot à un autre auquel il est associé dans le langage courant. Exemple : La vie est un destin animé. Il définit les mots en soulignant les absurdités de la langue française. Exemple : Féminisme : nom masculin ; je sais, la réalité est dure à avaler. Ou alors, ses définitions sont des interprétations farfelues (Da Vinci code 489-5 : cadenas du vélo de Leonardo) ou de vraies réflexions sur la fonction de l’objet. Exemple : Sac à main. Il y a aussi des calembours du genre : SMS : ce que votre G essaime.

L’ouvrage se divise en deux parties : noms communs et noms propres. La seconde partie offre une vision personnelle du personnage ou du nom de lieu à définir. Exemple : Molenbeek. Entre les deux parties, des pages vertes (et non roses) contenant des questions de savoir vivre, assorties de réponses pour ne pas perdre la face lors de soirées mondaines, éviter les arnaques commerciales, briller en société et avoir réponse à presque tout.

A lire pour se détendre et oublier la morosité ambiante.

Jacques Goyens