bodsonJoseph BODSON

109, rue de la Mutualité,
1180 Bruxelles
Tél : 02/345.81.68
joseph.bodson@skynet.be

Né à Soye le 23 janvier 1942. Epoux de Nadine Lambrechts, trois filles, douze petits-enfants. Ecole primaire à Soye (Floreffe). Humanités à Floreffe.Licence en philologie classique à Namur puis Louvain. Il eut la chance d’avoir pour professeurs André Henin et Jean Guillaume. Après quatre ans d’enseignement, carrière dans le privé: Office International de Librairie, où il fut longtemps délégué syndical, Wolters Kluwer, Swets à Sint Niklaas (agence d’abonnements à des revues scientifiques et techniques)

Passions autres que la littérature: la marche, la nature, le travail du bois. Mais il y faudrait le temps…Président de l’AREW (devenue AREAW entre-temps par fusion avec l’Union wallonne des Ecrivains et des Artistes), après le décès d’Emile Poumon en 1999, et de la Fédération culturelle wallonne du Brabant et de Bruxelles, où il a succédé en 2004 à Willy Chaufoureau, membre du Conseil de l’Union culturelle wallonne, de la Commission des langues régionales endogènes, de la Commission interfédérale du Théâtre amateur et des Galas du folklore wallon.

Il a publié: Petites chansons blanches, La Dryade, Vieux Virton, 1971, prix Charles de Trooz. Il a aussi reçu le prix Emma Marrtin de l’Association des Ecrivains belges. L’Hiver des Prunelliers – Une enfance à Soye , 1991 prix de l’AREAW pour la Province de Namur. Poèmes de saison I, avec Jean Dumortier, Myriam Prévot et Jean-Louis Crousse, les Elytres du hanneton, 1998; Poèmes de saison 2, avec Jean-Louis Crousse, Marcel Hennart et Danielle Gerard, id., 1999. Fréquente le Grenier Jane Tony. Grâce à Willy Bal, se met à écrire en wallon et publie en 2003 Li Mwârt do Blanc Matî/La mort du Blanc Mathieu, aux éditions du Bourdon de Jean-Luc Fauconnier, prix de la Communauté française pour les langues endogènes en 2004. En 2009, le Comte de Colibri, aux éditions des Elytres, avec des illustrations de Marion Fournioux. En 2012, Consolations de la Mélancolie, au Non-Dit de Michel Joiret. Prix de l’Union des Groupements wallons de Bruxelles en 2012. Collaboration aux revues Signor Si, la Dryade, Marginales, les Elytres du hanneton, El Bourdon d’ Chârlerwè, le Spantole, Nos lettres, la Revue générale, le Chalut, Cocorico. Sans oublier bien sûr le Reflet de chez nous, devenu Reflets Wallonie-Bruxelles, après une brève fusion avec la Pensée wallonne.