La Galerie Jean-Philippe Braam présente « Indigo », une exposition des oeuvres d’Ariane Bosquet.

Poursuivant sa démarche de mise en valeur des matériaux, fruits ou végétaux caractéristiques du pays Dogon (Mali), Ariane Bosquet présente des travaux à forte composante textile traités selon le procédé de l’azurage, connu en nos contrées au travers notamment du bleu de Gênes, du bleu de Prusse ou du bleu de Lictour.
Le bleu indigo, septième couleur de l’arc-en-ciel, est à l’origine produit à partir de plantes, soit cultivées en Europe comme le pastel des teinturiers ou guède, soit, comme au XVII°, à partir des récoltes centralisées auprès des comptoirs commerciaux coloniaux en Afrique ou Asie.
Au Mali, les feuilles sont appelées indigotiers. La substance colorante de la feuille indigofera arrecta est fermentée et hydrolysée. S’en dégage une substance verdâtre qui, oxydée, donne un pigment insoluble, utilisé dans les beaux-arts. Pour la teinture, après une macération prolongée et à ébullition, le jus jaunâtre tourne à une couleur bleu-type tirant au violet laquelle au travers de l’azurage s’imprègne dans la fibre. Le processus se déroule en fait dans, puis hors de la cuve; c’est pourquoi on appelle aussi l’indigo teinture à la cuve. Au plus nombreux seront les bains, au plus night blue sera la teinte du rendu final.
Ariane Bosquet, travaille le bleu indigo en le combinant à des colles, à d’autres mélanges de pigments bleus tels l’outremer, et noirs. S’y révèlent des patchworks aux multiples nuances.
Ses supports sont variés : papier Canson noir, fibres de palmier, cartons épais, tissus de pagnes, cuir souple. L’insertion d’éléments végétaux et de sable, quand il ne s’agit pas d’impressions en creux, scandent les compositions. Leurs rythmes doivent beaucoup aux techniques tantôt de la réserve, tantôt de la superposition. C’est en procédant au tressage ou à l’enroulement de plusieurs pagnes lovés les uns dans les autres, que l’artiste fait apparaître certains camaïeux parmi les plus saisissants de sa gamme en Blue majeur… (Michel Van Lierde février 2018);

Exposition ouverte du 21 avril au 5 mai 2018, du mercredi au samedi, de 14h à 18h. Présence de l’artiste les samedis ou sur rendez-vous au 0478/561 930.

Vernissage le samedi 21 avril, de 16h à 19h.

Galerie Jean-Philippe Braam – 9, rue Fourmois – 1050 Bruxelles.